Tous musiciens! (2020)

1. La danse des couleurs
Quand je dis vert, tout le monde saute en l’air
Quand je dis bleu, on se regarde dans les yeux
Quand je dis jaune, on fait les fantômes
Quand je dis rouge, personne ne bouge

On se prend par la main et on fait une ronde
Tout le monde suit son chemin, c’est ça qui fait un monde

Quand je dis gris, on se gratte le nombril
Quand je dis brun, donne la main à quelqu’un
Quand je dis blanc, fais des pas d’éléphant
Quand je dis rouge, personne ne bouge

On se prend par la main et on fait une ronde
Tout le monde suit son chemin, c’est ça qui fait un monde

Quand je dis noir, on se dit au revoir
Quand je dis marron, on fait des petits bonds
Quand je dis rose, on prend un air morose
Quand je dis rouge, personne ne bouge

On se prend par la main et on fait une ronde
Tout le monde suit son chemin, c’est ça qui fait un monde

Quand je dis orange, j’ai la peau qui démange
Quand je dis mauve, on fait les fauves
Quand je dis violet, on danse le ballet
Quand je dis rouge, personne ne bouge

On se prend par la main et on fait une ronde
Tout le monde suit son chemin, c’est ça qui fait un monde
On met un peu de couleur dans nos vies et dans nos cœurs

2. Tous musiciens
Que tu sois grand ou petit, qu’importe la couleur de ta peau
Quel que soit ton pays, on fait des sons avec les mots

On fait des sons avec les pieds….

Qu’importe la couleur de ton Dieu, on fait des sons avec ce qu’on veut
En s’amusant sur ce refrain, on est tous des musiciens

Que tu sois garçon ou fille, qu’importe la couleur de ta peau
On est de la même famille, on fait des sons avec les mots

On fait des sons avec les mains
On fait des sons avec les pieds…

Qu’importe la couleur de ton Dieu, on fait des sons avec ce qu’on veut
En s’amusant sur ce refrain, on est tous des musiciens

Que tu sois noire ou blanche, qu’importe la couleur de ta peau
Ça n’a pas d’importance, on fait des sons avec les mots

On fait des sons avec la langue
On fait des sons avec les mains
On fait des sons avec les pieds….

Qu’importe la couleur de ton Dieu, on fait des sons avec ce qu’on veut
En s’amusant sur ce refrain, on est tous des musiciens

Que tu sois brune ou blonde, qu’importe la couleur de ta peau
Depuis que le monde est monde, on fait des sons avec les mots

On fait des sons avec la joue
On fait des sons avec la langue
On fait des sons avec les mains
On fait des sons avec les pieds….

Qu’importe la couleur de ton Dieu, on fait des sons avec ce qu’on veut
En s’amusant sur ce refrain, on est tous des musiciens

Que tu sois jeune ou vieille, qu’importe la couleur de ta peau
On est tous pareils, on fait des sons avec les mots

On fait des sons avec le ventre
On fait des sons avec la joue
On fait des sons avec la langue
On fait des sons avec les mains
On fait des sons avec les pieds…

Qu’importe la couleur de ton Dieu, on fait des sons avec ce qu’on veut
En s’amusant sur ce refrain, on est tous des musiciens

3. Enfant-roi
Si on ne fait pas ce que je dis, alors je crie
Ça ne fait pas mon bonheur, bien sûr je pleure
Si je ne suis pas écouté, alors je vais bouder

Savez-vous quoi ? Je suis un enfant-roi !

Si je veux pas prendre mon bain, je reste dans mon coin
Et si on prend ma place, je fais la grimace
Si je n’ai pas de dessert, je me roule par terre

Savez-vous quoi ? Je suis un enfant-roi !

Si je n’ai pas ce que je veux, je fais les gros yeux
Et si je n’ai pas ma paye, je vous casserai les oreilles
Si je n’ai pas un petit frère, je mettrai tout à l’envers

Savez-vous quoi? Je suis un enfant-roi !

Si je n’ai pas ma surprise, je fais une crise
Ma mère n’est pas gentille, je change de famille
Et si je n’ai pas raison, je fais la révolution

Savez-vous quoi? Je suis un enfant-roi !

Je quitte la maison, cette fois c’est pour de bon
Au moins jusqu’à l’heure du souper et tout le monde va pleurer
Je reviendrai en héros, on me donnera des cadeaux
Je suis le roi

Je suis le roi chez moi !

4. Le secret
J’ai un grand secret, il faut pas que je le donne
Mais j’ai pas fait exprès, je l’ai dit à une personne

Je l’ai dit à Pierre, mais lui, c’est mon frère
Qui l’a dit à Camille, elle est de la famille
Si ma bouche n’est pas cousue, mon secret sera perdu

J’ai un grand secret, il faut pas que je le donne
Mais j’ai pas fait exprès, je l’ai dit à une personne

Il l’a dit à Grégory, mais lui c’est mon ami
Qui l’a dit à Manu, qui habite dans la rue
Si ma bouche n’est pas cousue, mon secret sera perdu

J’ai un grand secret, il faut pas que je le donne
Mais j’ai pas fait exprès, je l’ai dit à une personne

Il l’a dit à Émile, ça reste dans la ville
Qui l’a dit à Gaby, ça sort pas du pays
Si ma bouche n’est pas cousue, mon secret sera perdu

J’ai un grand secret, il faut pas que je le donne
Mais j’ai pas fait exprès, je l’ai dit à une personne

Mais l’a dit à Juliette, ça fait le tour de la planète
Qui l’a dit à Albert, c’est parti dans l’univers
Si ma bouche n’est pas cousue, mon secret sera perdu

5. Une souris la nuit
C’est l’histoire de la petite souris qui se promène la nuit
Le soir, quand il fait noir, elle sort de son nid

Et il y a le petit chat qui dort sur le sofa
Entend du bruit, c’est la souris
Qui mange les biscuits

Et le chat veut la souris
Et la souris… elle s’est enfuie

Et soudain, c’est le chien qui pourtant dormait bien
Remue la queue, il ouvre les yeux et il voit le chat nerveux

Et le chien court après le chat
Et le chat veut la souris
Et la souris… elle s’est enfuie

Tout à coup, mon papa qui met son pyjama
Descend en bas et qu’est-ce qu’il voit, c’est le chien qui aboie

Et papa court après le chien
Et le chien court après le chat
Et le chat veut la souris
Et la souris… elle s’est enfuie

Pendant ce temps, ma maman dormait profondément
S’est réveillée tout affolée, qu’est-ce qui peut bien se passer

Et maman qui court papa
Et papa court après le chien
Et le chien court après le chat
Et le chat veut la souris
Et la souris… elle s’est enfuie

Et grand-mère ne dormait pas, entend le brouhaha
Sort de son lit, pourquoi ce bruit soudain dans la nuit

Et grand-mère qui court maman
Et maman qui court papa
Et papa court après le chien
Et le chien court après le chat
Et le chat veut la souris
Et la souris… elle s’est enfuie

Et puis moi, j’entends tout ça, je sors de mes draps
Tout le monde court, tout le monde crie, je me mets de la partie

Et puis moi je saute sur grand-mère
Et grand-mère retient maman
Et maman rejoint papa
Et papa agrippe le chien
Et le chien attrape le chat
Et le chat griffe la souris
Et la souris…
Je crois que c’est fini

6. Il y a des loups
Dans les sons de soirs d’été, à la campagne et dans les prés
Il y a une symphonie de petits cris dans la prairie
Dans les chants de soirs de juillet, dans les bois et la forêt
Il y a une mélodie de petits bruits quand il fait nuit

Y a la cigale…
Et le cochon…
Et le serpent…
Et puis la vache…
Et y a les loups
Et y a les loups
Et y a les looooups

Dans les sons de soirs d’été, à la campagne et dans les prés
Il y a une symphonie de petits cris dans la prairie
Dans les chants de soirs de juillet, dans les bois et la forêt
Il y a une mélodie de petits bruits quand il fait nuit

Y a le hibou…
Et le mouton…
Et le canard…
Et puis le chien…
Et y a les loups
Et y a les loups
Et y a les looooups

Dans les sons de soirs d’été, à la campagne et dans les prés
Il y a une symphonie de petits cris dans la prairie
Dans les chants de soirs de juillet, dans les bois et la forêt
Il y a une mélodie de petits bruits quand il fait nuit

Et y a l’oiseau…
Et les moustiques…
Et les crapauds…
Et puis le chat
Et y a les loups
Et y a les loups
Et y a les looooups

7. La fête des mères
J’ai voulu bien faire pour la fête des Mères
Un déjeuner au lit, un bouquet de pissenlits
Mais ça n’a pas marché parce que j’ai trébuché
Le verre de lait au chocolat a renversé sur le matelas
Et tout était foutu, elle ne m’en a pas voulu
Et on riait comme ça Hahahahahaha
Elle a dit que son bonheur était mon bouquet de fleurs

J’ai voulu bien faire pour la fête des Mères
Une soirée cinéma et un bouquet de lilas
Mais ça n’a pas marché car le maïs éclaté
Il a beaucoup brûlé, la maison s’est enfumée
Et tout était foutu, elle ne m’en a pas voulu
Et on a beaucoup ri Hihihihihihi
Elle a dit que son bonheur était mon bouquet de fleurs

J’ai voulu bien faire pour la fête des Mères
Recevoir de la visite, un bouquet de marguerites
Mais ça n’a pas marché, les gens étaient occupés
Et pour son jour de fête, on s’est fait un tête-à-tête
Et tout était foutu, elle ne m’en a pas voulu
On riait comme des fous Houhouhouhouhou
Elle a dit que son bonheur était mon bouquet de fleurs

J’ai voulu bien faire pour la fête des Mères
Un gâteau grandiose, un bouquet de roses
Mais ça n’a pas marché, c’était moi le cuisinier
Et mon gâteau aux fruits était plutôt un biscuit
Et tout était foutu, elle ne m’en a pas voulu
On riait beaucoup trop Hohohohohoho
Elle a dit que son bonheur était mon bouquet de fleurs

Bonne fête maman !

8. Mange ta main
Y a plus de biscuits
Y a des céleris
Des brocolis
Des zucchinis
Moi j’ai envie de cochonneries
Je veux surtout pas de radis
Mais j’ai envie de cochonneries
Qui donnent des caries

Si t’as faim, mange ta main
Garde l’autre pour demain
T’es affamé, attends le souper
Mange ton pied et garde l’autre pour danser

Y a plus de gâteau
Y a des poireaux
Des melons d’eau
Des haricots
Moi j’ai envie de quelque chose de gros
Je veux pas de la noix de coco
Moi j’ai envie de quelque chose de gros
Avec du sirop

Si t’as faim, mange ta main
Garde l’autre pour demain
T’es affamé, attends le souper
Mange ton pied et garde l’autre pour danser

Y a plus de bonbons
Y a des poivrons
Y a des melons
Et des oignons
Moi j’ai envie de quelque chose de bon
Je ne veux pas des potirons
Moi j’ai envie de quelque chose de bon
Qui donne des boutons

Si t’as faim, mange ta main
Garde l’autre pour demain
T’es affamé, attends le souper
Mange ton pied et garde l’autre pour danser

Plus de chocolat
Y a des petits pois
Des avocats
Des ananas
Moi j’ai envie d’un aliment
Pas bon pour les enfants
Moi j’ai envie d’un aliment
Qui reste pris entre les dents

Si t’as faim, mange ta main
Garde l’autre pour demain
T’es affamé, attends le souper
Mange ton pied et garde l’autre pour danser

Moi j’ai envie
De quelque chose de froid
Qui se mange avec les doigts

9. Les cauchemars
Tout devient bizarre
Dans le monde des cauchemars
C’est comme un film d’horreur
Dans la tête d’un rêveur

Parfois c’est un dragon
Qui traîne dans le salon
Assis sur le sofa
Y a mis mon pyjama

Il crache du feu partout
Mais ça ne brûle pas du tout
Soudain, mange la télé
Et puis il s’envole en fumée

Tout devient bizarre
Dans le monde des cauchemars
C’est comme un film d’horreur
Dans la tête d’un rêveur

Parfois c’est mon petit frère
Qui est changé en sorcière
Il est devenu bossu
Avec un nez pointu

Il veut me transformer
En camion de pompier
Mais moi je n’ai pas peur
Je lui lance le réfrigérateur

Tout devient bizarre
Dans le monde des cauchemars
C’est comme un film d’horreur
Dans la tête d’un rêveur

Parfois je suis un géant
Sur un bateau volant
Il y a tous mes amis
Qui sont tout petits tout petits tout petits

Ils me suivent dans le ciel
Assis sur des poubelles
Et on plonge vers le bas
Dans un pouding au chocolat

Tout devient bizarre
Dans le monde des cauchemars
C’est comme un film d’horreur
Dans la tête d’un rêveur

Et parfois c’est mon papa
Qui chante de l’opéra
Il n’arrête pas de rire
Avec ses grandes dents de vampires

Mais moi je ne trouve pas ça drôle
J’aime le rock and roll
Et puis je me réveille
Je sors du pays des merveilles

Tout devient bizarre
Dans le monde des cauchemars
C’est comme un film d’horreur
Dans la tête d’un rêveur

10. Le pantalon trop long
Lundi matin, Il est sept heures moins vingt
J’aimerais rester couché car j’ai du mal à me lever

Mardi matin, encore le réveille-matin
Et je me rendors, il est juste sept heures moins quart

Et je mets mon pan, mon ta, mon lon
Je mets mon pantalon
Mon pantalon trop long
Qui pend sur mes talons

Mercredi matin, un autre lendemain
Je me sens paresseux, dormir encore un peu

Jeudi matin, encore le quotidien
Il faut à tout prix que je sorte de mon lit

Et je mets mon pan, mon ta, mon lon
Je mets mon pantalon
Mon pantalon trop long
Qui pend sur mes talons

Vendredi matin, ça tire à sa fin
C’est la dernière journée avant la grasse matinée

Vendredi matin, ça tire à sa fin
Et je prends mon temps pour trouver des vêtements

Et je mets mon pan, mon ta, mon lon
Je mets mon pantalon
Mon pantalon trop long
Qui pend sur mes talons

Enfin c’est samedi, je peux rester au lit
Mais à six heures et demi, j’ai envie de pipi

Enfin c’est samedi, je peux rester au lit
Je reste en pyjama et je ne me rendors pas

Mais je mets pas mon pan, mon ta, mon lon
Je mets pas mon pantalon
Mon pantalon trop long
Qui pend sur mes talons

11. Les amis les humains
Mon amie Josiane
On est en chicane
Apparemment que j’aurais dit
Quelque chose de pas gentil
Genre comme si peut-être
Le ciel nous tombait sur la tête

C’est des choses qui arrivent
On apprend à vivre
Avec tous les amis les humains
Ça part à la dérive
Mais comme dans les livres
On oublie tout le lendemain

Mon amie Lulu
Ne me parle plus
Il a parlé dans mon dos
Il aurait dit des gros mots
Genre comme si c’était
La fin du monde qui arrivait

C’est des choses qui arrivent
On apprend à vivre
Avec tous les amis les humains
Ça part à la dérive
Mais comme dans les livres
On oublie tout le lendemain

Mon amie Philomène
Je lui aurais fait de la peine
Elle dit que je ne voulais pas jouer
Avec elle à la récré
Genre comme si soudain
La terre ne roulait plus très bien

C’est des choses qui arrivent
On apprend à vivre
Avec tous les amis les humains
Ça part à la dérive
Mais comme dans les livres
On oublie tout le lendemain

Mon ami Jeannot
Ne me dit plus « allo »
Il paraît que j’aurais fait
Quelque chose qui lui déplaît
Genre comme si le temps
Était devenu un ouragan

C’est des choses qui arrivent
On apprend à vivre
Avec tous les amis les humains
Ça part à la dérive
Mais comme dans les livres
On oublie tout le lendemain

La vie rêvée (2015)

1. Le Far West
C’est un truand
Avec des gants
Son manteau noir
Il sortait le soir
Y a trois poils au menton
Et une verrue dans l’front
Avec un très grand nez
On l’appelait Johnny

La reine du quartier
S’appelait Zoé
Elle n’était pas amie
Avec les autres bandits
Faisait sa p’tite affaire
Elle était mercenaire
Avec sa grande épée
En papier mâché

J’étais cowboy dans la rue
On faisait comme dans les vues
Je mettais les bandits K.-O.
Avec mon grand fusil à eau

Il y avait Jack
A’ec son grand sac
Pour transporter
Tout l’argent volé
Il était gros et gras
C’était un fier-à-bras
Le pire des brigands
Terrorisait les gens

Puis y a Lison
Dans la prison
Elle voudrait s’évader
Pour pouvoir se venger
S’est fait voler son sac
Par le dénommé Jack
Elle va le retrouver
Grâce à son ami Johnny

J’étais cowboy dans la rue
On faisait comme dans les vues
Je mettais les bandits K.-O.
Avec mon grand fusil à eau

Y a le shérif
Et son grand pif
Ses grands yeux verts
Avait eu vent d’l’affaire
Armé d’son pistolet
Sur son manche à balai
Il était héroïque
Avec son étoile en plastique

Et puis soudain
Venant de loin
Une explosion
Qui vient de la prison
Lison s’est évadée
À l’aide de Zoé
L’shérif à la recherche
Des filles du « Far West »

J’étais cowboy dans la rue
On faisait comme dans les vues
Je mettais les bandits K.-O.
Avec mon grand fusil à eau

Et c’est la peur
Et la terreur
Jack et Johnny
Décident qu’y en ont assez
Ils vont tous rassembler
Les gens dans le quartier
Le meilleur pour le pire
Ils doivent en finir

C’est un duel
Dans la ruelle
Tous les méchants
Seront présents
Avec une caméra
On s’fera du cinéma
Et dans mon scénario
Je serai le héros

J’étais cowboy dans la rue
On faisait comme dans les vues
Je mettais les bandits K.-O.
Avec mon grand fusil à eau

2. La météo
Dans mon jardin
On fait du patin
Du « Crazy Carpet »
Et d’la raquette
On a des pelles
Grosses comme le ciel
Y a des souffleuses
Des déneigeuses

Mais dans d’autres pays
Ben c’est pas ça la vie
On n’met pas d’mitaines
On s’dandine en bedaine
On n’met pas d’bottes
On s’promène en « short »
On n’met pas d’combines
On reste dans la piscine
Car la météo…ooo (bis)
Dit qu’il fait chaud

Dans mon village
On fait d’ la traîne sauvage
On a d’la glace
D’la neige en masse
Des vents du nord
Dans notre foulard
Y a des charrues
Qui ouvrent les rues

Mais dans d’autres pays
Ben c’est pas ça la vie
On n’met pas d’mitaines
On s’dandine en bedaine
On n’met pas d’bottes
On s’promène en « short »
On n’met pas d’combines
On reste dans la piscine
Car la météo…ooo (bis)
Dit qu’il fait chaud

Dans mon pays
On fait du ski
À moins 32
Sous un ciel bleu
Les doigts picotent
Le corps grelotte
On rentre un peu
Su’l’bord du feu

Mais dans d’autres pays
Ben c’est pas ça la vie
On n’met pas d’mitaines
On s’dandine en bedaine
On n’met pas d’bottes
On s’promène en « short »
On n’met pas d’combines
On reste dans la piscine
Car la météo…ooo (bis)
Dit qu’il fait chaud

Y a des glaçons
Qui pendent aux maisons
Quand l’soleil brille
Tout ça scintille
C’est un manège
De flocons de neige
L’hiver au Québec
Ben on fait avec

Mais dans d’autres pays
Ben c’est pas ça la vie
On n’met pas d’mitaines
On s’dandine en bedaine
On n’met pas d’bottes
On s’promène en « short »
On n’met pas d’combines
On reste dans la piscine
Car la météo…ooo (bis)
Dit qu’il fait chaud

À Ouagadougou
Le temps est doux
À Paris
Le ciel est gris
À Mexico
Il fait très beau
À Cuba
L’ soleil est toujours là
Et à Moscou…

Ben la météo…ooo…ooo

C’est comme chez nous !

3. Dans l'auto
Aujourd’hui c’est mon jour de chance
Car le lundi c’est mon cours de danse
Mais y a quelqu’un qui doit venir me mener
Car je ne peux pas y aller à pied

Mais mes parents s’impatientent pas trop
En attendant y’écoutent la radio
Y’en profitent pour lire les journaux…
Dans l’auto

Le mardi c’est fantastique
C’est mon cours de gymnastique
Mais ça m’prend un moyen de transport
Si je veux pratiquer ce sport

Mes parents s’impatientent pas trop
En attendant y’écoutent la radio
Y’ont ramené de l’ouvrage du bureau…
Pour dans l’auto

J’ai du talent pour les arts
Alors j’prends un cours de guitare
Pour aller au cours de musique
Mais j’peux pas y aller en bécik

Mes parents s’impatientent pas trop
En attendant y’écoutent la radio
Y’en profitent pour prendre du repos…
Dans l’auto

Samedi matin c’est l’entraînement
Pour moi le foot c’est important
Encore une fois j’habite trop loin
Et je dois m’rendre au terrain

Mes parents s’impatientent pas trop
En attendant y’écoutent la radio
Les nouvelles et la météo…
Dans l’auto

Le dimanche nous appartient
Car ce jour-là y a des cours de rien
Alors tout l’monde dans la voiture
Nous partons à l’aventure

Les parents s’font un cadeau
Alors ils ferment la radio
Toute la famille quand il fait beau
Les fenêtres ouvertes le vent dans l’dos
Et tout le monde en crescendo
On chante sur un accord de do

4. La vie rêvée
La vie rêvée
C’est en été
Y a pas d’devoirs
À faire le soir
Y a pas d’leçons
Que des chansons
On pense à rien
C’est comme ça vient

Y fait trop chaud
On reste à l’eau
Faire des plongeons
S’lancer l’ballon
On prend des gorgées
Par le nez
On ratatine
Dans la piscine

Qu’est-ce qu’on désire pour notre plaisir
Qu’est-ce qu’on adore pour jouer dehors
Qu’est-ce que ça prend pour être content
Et qu’est-ce qu’on veut pour être heureux
C’est du soleil… Rien qu’du soleil 

La vie rêvée
C’est en été
On veille un peu
Au bord du feu
Camper dehors
A’ec une guitare
Faire des chansons
d’Henri Godon

Et on s’endort
Quand y est trop tard
On reste au lit
Jusqu’à midi
Y a pas d’cadran
Pour les enfants
Juste un soleil
Pour le réveil

Qu’est-ce qu’on désire pour notre plaisir
Qu’est-ce qu’on adore pour jouer dehors
Qu’est-ce que ça prend pour être content
Et qu’est-ce qu’on veut pour être heureux
C’est du soleil… Rien qu’du soleil 

La vie rêvée
C’est en été
Aller pêcher
Au bord du quai
Faire des voyages
Su’l’bord de la plage
Tourner en rond
Dans la maison

On s’plonge la face
Dans crème à glace
Ça dégouline
Sur nos bottines
On s’bourre la fraise
A’ec des framboises
Et on s’défrise
Au « Monsieur Freeze »

Qu’est-ce qu’on désire pour notre plaisir
Qu’est-ce qu’on adore pour jouer dehors
Qu’est-ce que ça prend pour être content
Et qu’est-ce qu’on veut pour être heureux
C’est du soleil… Rien qu’du soleil 

La vie rêvée
C’est en été
Couché su’l’dos
Au bord de l’eau
S’faire des accroires
A’ec des histoires
Faire du pelletage
Dans les nuages

Couché par terre
Le nez en l’air
Les yeux au ciel
Avec des ailes
Une galaxie
Dans l’infini
J’vais à cheval
Dans les étoiles

Qu’est-ce qu’on désire pour notre plaisir
Qu’est-ce qu’on adore pour jouer dehors
Qu’est-ce que ça prend pour être content
Et qu’est-ce qu’on veut pour être heureux
C’est du soleil… Rien qu’du soleil 

5. L'accent français
J’ai un beau bécik
J’ai une belle bicyclette
M’a mettre mes barniques
Je vais mettre mes lunettes

J’ai un vieux bazou
J’ai une vieille bagnole
J’ai mangé un coup
J’ai pris une torgnole

Les petits Français
Ont l’accent français
La mâchoire du haut
Aime bien les gâteaux
Les p’tits Québécois
Ont l’accent québécois
La mâchoire du bas
Aime bien les chocolats

Ah ! Cesse de pleurnicher
Arrête ton chialage
Maintenant j’en ai assez
Pis là j’ai mon voyage

Il y a de la fumée
Il y a de la boucane
Je n’aime pas me disputer
Moé j’aime pas la chicane

Les petits Français
Ont l’accent français
La mâchoire du haut
Aime bien les gâteaux
Les p’tits Québécois
Ont l’accent québécois
La mâchoire du bas
Aime bien les chocolats

J’ai pogné une débarque
J’ai pris une gamelle, ouille !
À cause d’un grand slack
À cause d’une grande fripouille

Je mets des combines
J’enfile des caleçons
Je mange des bines
Moi du cassoulet maison

Les petits Français
Ont l’accent français
La mâchoire du haut
Aime bien les gâteaux
Les p’tits Québécois
Ont l’accent québécois
La mâchoire du bas
Aime bien les chocolats

C’est de mauvais goût
Pis moi j’trouve ça quétaine
Je calcule mes sous
Je compte mes cennes

J’ai trop de babioles
J’ai ben trop de cossins
Il y a des p’tites bestioles
Il y a des maringouins

Les petits Français
Ont l’accent français
La mâchoire du haut
Aime bien les gâteaux
Les p’tits Québécois
Ont l’accent québécois
La mâchoire du bas
Aime bien les chocolats

Je porte une calotte
Et moi une casquette
Je mange des « pinottes »
Et moi des cacahuètes

J’aime magasiner
Je fais du lèche-vitrine
Pis quand c’est le temps d’souper
Chez moi c’est l’heure qu’on dîne

Les petits Français
Ont l’accent français
La mâchoire du haut
Articule tous les mots
Les p’tits Québécois
Ont l’accent québécois
La mâchoire du bas
N’articule pas tant que ça

6. La recette de gâteau
J’fais un gâteau au cacao
C’est pour la fête à Nico
J’fais un cadeau en chocolat
Pour la fête à Nicolas

D’abord ça nous prend un grand plat
Une grosse cuillère pour brasser ça
Je n’oublie pas un torchon mouillé
Pour tout ce que j’échappe à côté

Pis là je monte debout s’a chaise
Et j’prends une tasse de mayonnaise
Ainsi qu’une tasse de sucre blanc
Et je mélange vigoureusement

J’fais un gâteau au cacao
C’est pour la fête à Nico
J’fais un cadeau en chocolat
Pour la fête à Nicolas

Ensuite je fouille dans la cuisine
Pour trouver un sac de farine
Et puis j’en prends 2 tasses et quart
J’mets ça dans un grand bol à part

Une demi-tasse de cacao
Mais goûtes-y pas tu vas faire le saut
C’est un peu comme manger d’la terre
Ça laisse un goût plutôt amer

J’fais un gâteau au cacao
C’est pour la fête à Nico
J’fais un cadeau en chocolat
Pour la fête à Nicolas

Ça prend juste une p’tite cuillerée
De poudre à pâte qui fait lever
C’est une p’tite boîte jaune et brunette
Qui traîne au fond sur la tablette

J’ajoute à tout ce que j’ai mis
Une pincée de sel pour la magie
Avec les bols, je fais un tout
Et c’est là qu’on en met partout

J’fais un gâteau au cacao
C’est pour la fête à Nico
J’fais un cadeau en chocolat
Pour la fête à Nicolas

On fait tout ça et c’est bien beau
Mais faudrait bien ajouter d’l’eau
On va en mettre trois quarts de tasse
Et rendu là, il faut qu’on brasse

Et si t’as pas de malaxeur
Ben « swing » la cuillère avec ardeur
Verse tout ça dans le moule graissé
Et je vous conseille d’l’enfariner

J’fais un gâteau au cacao
C’est pour la fête à Nico
J’fais un cadeau en chocolat
Pour la fête à Nicolas

On est rendu au grand moment
Il faut d’mander à ses parents
Car on fait cuire à 350
Avec un trente minutes d’attente

En attendant, je lèche les plats
Pis je ramasse mes dégâts
Voilà enfin c’que j’attendais
Mon gâteau est maintenant prêt

J’mange le gâteau au cacao
C’était pour la fête à Nico
J’mange le cadeau en chocolat
Pour la fête à Nicolas

J’mange le gâteau au cacao
C’était pour la fête à Nico
J’mange le cadeau en chocolat
Et tant pis pour Nicolas

7. L'animalerie
J’ai un chien
Qui a peur de rien
Mais qui couche dans mon lit
Fait ses besoins
Chez les voisins
Ce n’est pas très poli
C’est pas souvent
Mais de temps en temps
Parfois y fait ça
Ben j’prends mes gants
Un p’tit sac blanc
Pis j’ramasse le tas

C’est ben beau l’animalerie
Ça nous fait de la compagnie
Les animaux dans nos maisons
Ce sont de bons compagnons

J’ai un chat
Qui mange mes bas
C’est un beau p’tit minou
Mais j’aime pas ça
Quand j’suis pas là
Y fait pipi partout
J’lui apprends
À devenir grand
Pour chasser les souris
En attendant
Malheureusement
Ben c’est moi qui essuie

C’est ben beau l’animalerie
Ça nous fait de la compagnie
Les animaux dans nos maisons
Ce sont de bons compagnons

J’ai un oiseau
C’comme un bibelot
Qui chante le matin
J’lui donne de l’eau
Des graines à moineaux
Pis du maïs en grains
Faire le ménage
Dans l’fond d’la cage
Ça j’l’avais pas prévu
Ça m’décourage
Le décrottage
Car des fois ça pue

C’est ben beau l’animalerie
Ça nous fait de la compagnie
Les animaux dans nos maisons
Ce sont de bons compagnons

J’ai des poissons
Dans mon salon
C’est très reposant
Ils nagent dans le fond
Ils tournent en rond
C’est pas très excitant
Y a des dégâts
Lorsque le chat
Décide qu’il a faim
Quand c’est comme ça
Tasse-toi de là
Car ça réveille le chien

C’est ben beau l’animalerie
Ça nous fait de la compagnie
Mais quand on s’en occupe pas
Ça va à la SPCA

8. Les décorations
Aujourd’hui on fait des décorations
On met ça ben beau pour le réveillon
Toute la famille met son p’tit grain d’beauté
On met ça ben beau pour la nouvelle année

Dans l’temps des Fêtes
On sort le p’tit Jésus d’la boîte
L’âne et le bœuf
Et pis les autres p’tits messieurs
Et puis le chef
Il s’appelle Joseph
Et celle qui sourit
Ben… c’est la maman Marie

Aujourd’hui on fait des décorations
On met ça beau pour le réveillon
Toute la famille met son p’tit grain d’beauté
On met ça ben beau pour la nouvelle année

On enlève les ficelles
Du sapin artificiel
On se r’trousse les manches
Et on défrise les branches
On met d’côté
Les boules qui sont cassées
On défait les nœuds
Dans les guirlandes jaunes et bleues

Aujourd’hui on fait des décorations
On met ça ben beau pour le réveillon
Toute la famille met son p’tit grain d’beauté
On met ça ben beau pour la nouvelle année

Y a juste mon père
Qui a le droit d’mettre les lumières
À chaque année
Y en a deux trois d’brûlées
On accroche des bas
Des cannes en chocolat
Des faux glaçons
Parce que des vrais, ça fond

Aujourd’hui on fait des décorations
On met ça beau pour le réveillon
Toute la famille met son p’tit grain d’beauté
On met ça ben beau pour la nouvelle année

On prend l’escabeau
Pour mettre l’étoile en haut
L’année passée
Le sapin a tombé
Et le premier soir
On allume les lumières
Et ce qui scintille
C’est l’bonheur dans la famille

Aujourd’hui on fait des décorations
On met ça beau pour le réveillon
Toute la famille met son p’tit grain d’beauté
On met ça ben beau pour la nouvelle année

9. Je suis un incompris
J’me suis pris un élan
J’ai lancé le ballon
Il y avait un passant
Il l’a reçu dans l’front
Tout le monde dit que c’est moi
Que je ne sais pas viser
J’me dis que la prochaine fois
L’passant va regarder

C’est de l’injustice
Me voilà chez la directrice
Et comme punition
J’n’aurai pas de récréation
C’est comme ça et tant pis
Je suis un incompris

Je d’mande à ma voisine
Au pupitre d’à côté
J’veux un crayon à mine
Car le mien a cassé
La maîtresse me regarde
Avec un air fâché
Elle dit que je bavarde
Je n’ai rien à m’reprocher

C’est de l’injustice
Me voilà chez la directrice
Et comme punition
J’n’aurai pas de récréation
C’est comme ça et tant pis
Je suis un incompris

Avec mon cabaret
À la cafétéria
Je n’ai pas fait exprès
Mais j’ai fait un faux pas
Et revole dans les airs
Tout mon macaroni
Y en avait par terre
Et sur tous mes amis

C’est de l’injustice
Me voilà chez la directrice
Et comme punition
J’n’aurai pas de récréation
C’est comme ça et tant pis
Je suis un incompris

Tout en jouant dehors
J’ai un besoin soudain
Je cours dans l’corridor
Pour m’rendre au petit coin
J’me fais prendre à courir
On me fait la leçon
Pendant qu’j’me fais punir
J’ai fait dans l’pantalon

C’est de l’injustice
Me r’voilà chez la directrice
Et comme punition
Je n’aurai pas de récréation
C’est comme ça et tant pis
Je suis un incompris

10. La grippe
J’suis couché dans mon lit
J’ai la grippe d’un ami
Qui l’a pris’ de Rosalie à garderie
J’parle du nez
J’suis courbaturé
J’ai les deux yeux qui veulent rester collés

Je bois du jus
Et beaucoup d’eau
J’éternue
J’prends du sirop
Je grelotte
J’ai chaud, j’ai froid
On me dorlote
Je suis le roi

J’suis couché dans mon bain
J’ai la grippe du voisin
Qui l’a pris’ de Nicolin un bon matin
J’parle du nez
J’suis courbaturé
J’ai les deux yeux qui veulent rester collés

J’ai l’nez bouché
La gorge enflée
Je dois m’moucher
Me gargariser
Je fais de la fièvre
J’ai des p’tits boutons
Mais ça achève
Ça s’ra pas long

J’suis couché par terre
J’ai la grippe de mon père
Qui l’a pris’ d’Albert hier au soir
J’parle du nez
J’suis courbaturé
J’ai les deux yeux qui veulent rester collés

J’fais semblant
D’être bien souffrant
Je veux l’attention
D’ma maman
Les yeux qui m’piquent
J’aimerais me l’ver
Car c’qui me fatigue
C’est de m’reposer

J’suis couché dans la cuisine
J’ai la grippe de la cousine
Qui l’a pris’ d’Justine à la piscine
J’parle du nez
J’suis courbaturé
J’ai les deux yeux qui veulent rester collés

Pour se guérir
Y a pas d’secret
Faut se nourrir
C’est ça que j’fais
J’tousse dans mon bras
J’me lave les mains
J’parle « comme ça »
Et puis j’fais rien

J’suis couché dans le sofa
J’ai la grippe d’un gars
Qui l’a pris’ d’Sonia à la cafétéria
J’parle du nez
J’suis courbaturé
J’ai les deux yeux qui veulent rester collés

Ben de l’onguent
D’la vitamine C
Des médicaments
Pour me soulager
Et demain
Je serai sur pied
Et enfin j’pourrai m’amuser

11. Mange tes patates
Mange tes patates pis tes légumes
Si tu veux d’venir grand
Si tu veux d’venir grand
Mange tes patates pis tes légumes
Si tu veux devenir intelligent

Mange pas trop de gras
Pas trop d’chocolat
Pis n’oublie pas d’brosser tes dents
Fais du sport
Va jouer dehors
Pis fais tout ça en t’amusant

Mange tes patates pis tes légumes
Si tu veux d’venir grand
Si tu veux d’venir grand
Mange tes patates pis tes légumes
Si tu veux devenir intelligent

Prends ton bain
Pis lave tes mains
Quand t’as fini d’aller pisser
Mange des fruits
Pas trop d’ordi
Fais du bécik après souper

Mange tes patates pis tes légumes
Si tu veux d’venir grand
Si tu veux d’venir grand
Mange tes patates pis tes légumes
Si tu veux devenir intelligent

Fais tes leçons
Pis baisse le son
C’pas l’temps de r’garder la télé
Fais ton lit
Fais tout ce qu’on te dit
Sans te l’faire répéter
Sans te l’faire répéter
Sans te l’faire répéter
Sans te l’faire répéter
Sans te l’faire répéter
Et pas besoin de rouspéter 

12. Chanson pour rêver
Pourquoi le soleil
Dans le paysage
Pourquoi il sommeille
Derrière les nuages

C’est qu’après la pluie
Viendra le beau temps
Après les ennuis
Viendront les bons moments

Et pourquoi le ciel
Est-il si grand
Pourquoi les oiseaux
S’amusent dans le vent

C’est qu’ils ont des ailes
Pour pouvoir voyager
Et ça nous rappelle
Un brin de liberté

Et pourquoi le vent
Souffle-t-il si fort
Pourquoi il se réveille
Et que parfois il dort

Jamais rien ne l’arrête
Y a toujours du mouvement
Et naissent les tempêtes
Dans les océans

Pourquoi les étoiles
Brillent dans la nuit
Et pourquoi la lune
Parfois elle sourit

C’est pour reposer
Tes yeux et ta vie
Et c’est pour rêver
À tout c’que t’as envie
Et c’est pour rêver
À tout c’que t’as envie

1 mouton… 2 moutons…3 moutons…

Chansons pour toutes sortes d’enfants (2011)

1. Henri Godon et les petits bedondaines

Henri Godon et les Petits Bedondaines
Henri Godon et les Petits Bedondés (bis)

Les Petits Bedons mangent des carottes
Et les Gros Bedons mangent du jambon
C’est pour ça qu’y en a qui font des p’tits rottes 
Et pis qu’y en a d’autres qui font les cochons

Henri Godon et les Petits Bedondaines
Henri Godon et les Petits Bedondés (bis)

Les Petits Bedons jouent d’l’harmonica
Et les Gros bedons d’l’accordéon
C’est pour ça qu’y en a qui dansent la polka
Et pis qu’y en a d’autres qui dansent même pas

Henri Godon et les Petits Bedondaines
Henri Godon et les Petits Bedondés (bis)

Les Petits Bedons sont comme des moustiques
Et les Gros Bedons comme des bourdons
C’est pour ça qu’y en a qui font d’la gymnastique
Et pis qu’y en a d’autres qui sont mollassons

Henri Godon et les Petits Bedondaines
Henri Godon et les Petits Bedondés (bis)

Les Petits Bedons font d’la bicyclette
Et les Gros Bedons ont des gros camions
C’est pour ça qu’y en a qui font des petits pets
Et pis qu’y en a d’autres qui font d’la pollution

Henri Godon et les Petits Bedondaines
Henri Godon et les Petits Bedondés (bis)

2. La cachette dans l'bois

On était une douzaine d’amis
Bien entendu j’étais l’plus p’tit
Y ont dit « Nous autres on va s’cacher
Pis toé tu comptes sous l’peuplier »

Je me suis bouché les yeux
J’avoue que je r’gardais un peu
Tout l’monde est parti en courant
Pendant que moé j’compte jusqu’à cent

On a joué à’cachette dans l’bois
« 1…2….3….
Prêt pas prêt j’y vas! »

Et j’ai cherché sans faire de bruit
J’ai vu une ombre, c’t’est p’t’être Ti-Guy
C’est lui je cours jusqu’à mon but
« Esboyé  Ti-Guy! J’t’ai vu! »

Ti-Guy est resté prisonnier
En dessous du grand peuplier
Et chus r’parti en trouver d’autres
J’ai vu bouger dans l’bas d’la côte

On a joué à‘cachette dans l’bois
« 1…2….3….
Prêt pas prêt j’y vas! »

Tout allait bien et sans chicane
J’n’ai trouvé deux près d’la cabane
Déniché un en haut su’a branche
Débusqué trois derrière la grange

J’ai parcouru tous les racoins
Pour retrouver tous les copains
Presque tout l’monde est prisonnier
Dans ma prison sous l’peuplier

On a joué à’cachette dans l’bois
« 1…2….3….
Prêt pas prêt j’y vas! »

Y m’en reste rien qu’un à trouver
OK c’t’assez, tu peux t’montrer
Celui qui reste c’est Michaël
Celui qui court comme une gazelle

Ça y est, je l’vois caché dans l’trou
Y s’met à courir comme un fou
Son but est d’aller délivrer
Les prisonniers sous l’peuplier
Ça y est, j’sens qu’y va m’dépasser
Pis c’est lui qu’y arrive le premier

Tout l’monde est reparti s’cacher
Y faut que j’me r’mette à compter
J’me r’trouve tout seul sous l’peuplier
J’ai plus vraiment envie de jouer

OK y est tard, y faut que j’rentre
Et puis euh… J’ai un peu mal au ventre là
y a pus personne qui me répond
J’décide de rentrer à’maison

On a joué à’cachette dans l’bois
« 1…2….3….
Prêt pas prêt j’m’en vas! »

3. Le disco du vendredi

Vendredi soir dans le gymnase
Y a une disco pour toutes les classes
De l’école
De l’école
Y ont mis un gros système de son
Et des lumières qui tournent en rond
Et ça vole
Et ça vole

Ah! J’ai mis mes plus beaux souliers
Et j’me suis peigné de côté
Enfilé mes beaux pantalons
Que j’mets pour les grandes occasions

Raphaël est v’nu me chercher
Avec son p’tit bicycle chromé
Il en raffole
Il en raffole
On est arrivé les premiers
Pour rien manquer à cette soirée
Qui décolle
Qui décolle

Quand la musique a commencé
On s’est tous mis à danser
On bougeait n’importe comment
Mais c’est pas ça qui est important

On s’est tous pris par la main
Et on s’est frayé un chemin
De farandole
De farandole

Les garçons sautaient comme des fous
Et les filles s’en moquaient beaucoup
Elles font les folles
Elles font les folles

Et quand la musique est bonne
Je danse comme Michael Jackson
Sur des chansons du passé
Je danse comme Elvis Presley

Et vers la fin de la disco
Le DJ nous a mis un slow
Pour qu’on s’colle
Pour qu’on s’colle
Moi j’étais un peu embêté
J’savais pas trop qui inviter
Entre Carole
Et Nicole

C’est Léonie qui est v’nue m’chercher
En m’disant « Viens-tu danser? »
On a tourné un peu gênés
Pendant que j’lui marchais su’l’pied

Et la discothèque a fini
Comme prévu, avant minuit
Ça me désole
Ça me désole
On s’est fait un tas de copains
On se r’verra lundi matin
À l’école
À l’école

4. Comment on fait des bébés

Je me suis demandé
Comment on fait des bébés
Pour mon éducation
J’ai posé la question
J’ai d’mandé à mon père
Comment il fallait faire
Y a paru bien surpris
En grattant ses ch’veux gris
Il m’a dit :
« Dim dade de lide lam…. »

La réponse n’était pas claire
J’ai demandé à ma mère
Pour mon éducation
J’ai posé la question
Elle a paru embêtée
Et s’est mise à bégayer
Elle a fait un soupir
En disant je vais te le dire
Elle m’a dit :
« Dim dade de lide lam…. »

J’n’avais toujours pas compris
Sur ce mystère de la vie
Pour mon éducation
J’ai posé la question
J’ai d’mandé à mon frère
Ce qu’il savait sur cette affaire
J’ai vu rougir ses joues
M’en a conté un p’tit bout
Il m’a dit :
« Dim dade de lide lam…. »

Ça n’a pas fait mon bonheur
J’ai demandé à ma sœur
Pour mon éducation
J’ai posé la question
M’a parlé d’histoires d’amours
Et de baisers qui durent toujours
Comment on fait des enfants
Ça n’m’intéresse plus vraiment
« Dim dade de lide lam…. »

5. Halloween

Refrain :
Quand j’ferme la lumière
Et qu’il fait nuit
Y a une sorcière
En d’sous d’mon lit
J’entends des HIHIHIHIHIHIHI
Et j’ai peur…
Je sens dans l’mur
Comme des craquements
C’t’une créature
Avec des grandes dents
Je sais que ça s’peut pas
C’est dans ma tête ces histoires-là

Par la porte d’en arrière
J’ai vu un fantôme dans les airs
Qui veut entrer dans ma maison
Mais moi j’me cache dans le salon
Par la porte d’en avant
J’ai cru voir l’ombre d’un géant
Pas question de le laisser entrer
Peut-être bien qu’il veut me manger

Refrain

Et par la fenêtre j’ai vu
Quelque chose de poilu
Il y a un monstre dans ma cour
Il faut que j’appelle « AU SECOURS! »
Pourtant je ne suis pas fou
Y a des squelettes partout
J’en ai vu et entendu
Qui dansaient au bout de ma rue

Refrain

J’me sens comme dans un film d’horreur
Où défilent les Bonhommes Sept Heures
À la porte j’entends BANG! BANG! BANG!
Ah non c’est Frankenstein!
Et pourtant ce soir-là
J’étais habillé en Dracula
Faut dire que tous ces déguisements
Moi j’trouve ça très épeurant

Refrain

C’est l’Halloween, j’ai fait le tour des maisons
J’ai peut-être mangé beaucoup trop de bonbons
Et ça travaille le fruit de mon imagination…

6. Le trafic rural

J’habite dans un village
Y a pas d’trafic qui passe dans ‘rue
Toujours les mêmes visages
Toujours les mêmes qui me saluent
Et à huit heures et quart
L’premier tracteur qui passe
Et à neuf heures moins vingt
V’là t’y pas qu’y revient

C’n’est pas comme à la ville
Où personne n’envoie la main
Nous c’n’est pas difficile
Tout l’monde est un cousin
Et à onze heures et quart
Y a un quat’roues qui passe
Et à midi moins vingt
V’là t’y pas qu’y revient

Y a pas beaucoup d’action
Qui s’passe dans les parages
Mais y a pas d’pollution
Qui fait de faux nuages
Et à deux heures et quart
Y a un petit chien qui passe
Et à trois heures moins vingt
V’là t’y pas qu’y revient

Chez nous y a pas d’boulevard
Y a pas d’ trafic, pas d’magasin
Mais y passe des renards
Des chats, des poules et des lapins
Et à quatre heures et quart,
Y a le facteur qui passe
Et à cinq heures moins vingt…
Y s’passe rien

J’écris cette chanson
Au son de la nature
J’entends les ouaouarons
Et les cigales qui murmurent
Et à minuit et sept
Y passe une mouffette
Et à minuit et vingt
Ça pue jusqu’au lendemain

7. Les dimanches de novembre

Les dimanches du mois d’novembre
C’est fait pour rester dans sa chambre
Je vais enfin jouer l’enfant sage
En faisant un peu d’ménage
J’vais enlever un peu d’poussière
Sur mes bébelles et mes affaires
J’vais rester en pyjama
À écouter mon MP3

Quand je m’ennuie
La musique est mon amie
Je m’ferme les yeux, je rêve un peu
C’est ça qui m’rend heureux

Passer l’balai en d’sous du lit
Trier mon linge devenu trop p’tit
Faire une boîte de p’tits cossins 
Que j’vais donner à mon cousin
À midi, j’me pointe dehors
Mais j’rentre en dedans, y mouille encore
C’est pas grave, quand j’en ai marre
J’apprends à jouer d’la guitare

Quand j’trouve le temps long
Moi j’fais des chansons
Je ferme les yeux, je rêve un peu
C’est ça qui m’rend heureux

J’vais faire plaisir à ma mère
Sortir mes gants, mes bottes d’hiver
J’ai hâte de changer d’saison
Enfin sortir de la maison
Les parents sont bien surpris
Quand les enfants n’font pas de bruit
Je fais semblant d’jouer du piano
Sur une chanson à la radio

Quand je suis triste
J’me prends pour un artiste
Je ferme les yeux, je rêve un peu
C’est ça qui m’rend heureux

En ce dimanche où tout est gris
J’n’ai appelé aucun ami
Une journée, c’est vite passée
Quand il fait noir avant souper
Hier soir on a r’culé l’heure
C’pour ça que je me coucherai de bonne heure
Et puis j’ai encore envie
D’une mélodie avant la nuit

Quand je m’endors
La musique est mon trésor
Je m’ferme les yeux, je rêve un peu
C’est ça qui m’rend heureux
Quand je m’endors
La musique est mon trésor
Quand je suis triste
J’me prends pour un artiste
Quand j’trouve le temps long
Moi j’fais des chansons
Quand je m’ennuie
La musique est mon amie…

8. Le bonhomme qui riait

À l’école du village
J’ai une p’tite marche pour y aller, vous voyez (bis)
Y a une traverse à faire
J’ai peur de m’faire mouiller

Refrain :
Pis l’bonhomme qui riait
Pis l’bonhomme qui riait
Pis l’bonhomme qui riait, tant qu’il pouvait

En passant la rivière
Dans l’eau je suis tombé, vous voyez (bis)
J’étais tout détrempé
Et d’l’eau plein les souliers

Refrain

Arrivé à l’école
J’me suis mis à danser, vous voyez (bis)
J’n’arrêtais pas d’sauter
C’était pour m’faire sécher

Refrain

J’ai mis de l’eau partout
Y en avait plein mes cahiers, vous voyez (bis)
Y m’ont r’tourné chez nous
Et les cours, j’ai séché

9. La fête d'enfants

On a fait une fête d’enfants
On était douze et pas d’parents
Tout l’monde couchait à’maison
A’ec des matelas plein l’salon
Y avait des verres qui renversaient
Sur le plancher, y avait plein d’lait
Du gâteau pis des bonbons sûrs
Y avait plein d’crémage su’es murs

La prochaine fois qu’j’aurai 12 ans
Les poules auront des dents
On est tu ben dans une peau d’enfant
On s’ra pas jeune éternellement

On n’a pas dormi d’la nuit
Y avait des pets qui faisaient trop d’bruit
On était comme surexcités
Avec le sucre qu’on avait mangé
On a cassé quelques bébelles
Bien entendu un peu de vaisselle
C’est parce qu’on a joué au hockey
Dans la cuisine sur le plancher

La prochaine fois qu’j’aurai 12 ans
Les poules auront des dents
On est tu ben dans une peau d’enfant
On s’ra pas jeune éternellement

On a r’gardé un film d’horreur
A’ec du pop corn et beaucoup d’beurre
On a fait les pas peureux
Quand y a coupé la femme en deux
Mes amis m’ont fait des cadeaux
C’tait pas grand-chose mais c’était beau
Ça fait des souvenirs plein la tête
Moi j’aimerais ça qu’le temps s’arrête

La prochaine fois que j’aurai 12 ans
Les poules auront des dents
On est tu ben dans une peau d’enfant
On s’ra pas jeune éternellement

10. Le marché

Mon père m’envoie au marché
Mon père m’envoie au marché
Un violon y acheter
Un violon y acheter
Mon violon fait zinguezingzingzing…

Mon père m’envoie au marché
Mon père m’envoie au marché
Un tambour y acheter
Un tambour y acheter
Mon tambour fait poufpoufpouf….

Mon père m’envoie au marché
Mon père m’envoie au marché
Un tuba y acheter
Un tuba y acheter
Mon tuba fait fonfonfonfon…

Mon père m’envoie au marché
Mon père m’envoie au marché
Un triangle y acheter
Un triangle y acheter
Mon triangle fait diguedingdigueding…

Mon père m’envoie au marché
Mon père m’envoie au marché
Des trompettes y acheter
Des trompettes y acheter
Ma trompette fait woanwoan
Saxophone fait hanhan
Mon trombone fait hanhaaaaanhan

11. Les vacances d'été

Je vais vous raconter
C’que j’ai fait pendant l’été (bis)
De juin jusqu’à août
En bottes de caoutchouc

Car y mouillait
Pis y mouillait
Y faisait du mauvais temps
Y mouillait tout l’temps (bis)

Mon père et puis ma mère
M’ont emmené au zoo (bis)
On n’a pas vu d’animaux
On a dîné dans l’auto

Car y mouillait
Pis y mouillait
Y faisait du mauvais temps
Y mouillait tout l’temps (bis)

Mon oncle et puis ma tante
M’ont invité sur un bateau
Y ventait cette journée-là
Et ça a fini au cinéma

Car y mouillait
Pis y mouillait
Y faisait du mauvais temps
Y mouillait tout l’temps (bis)

Avec mes grands-parents
On est allé au lac St-Jean (bis)
J’me suis pas mouillé les pieds
Mais j’étais tout détrempé

Car y mouillait
Pis y mouillait
Y faisait du mauvais temps
Y mouillait tout l’temps (bis)

À la fin de l’été
À l’école y faut rentrer (bis)
J’avais les yeux pleins d’eau
En r’gardant la météo

Y annonçait beau, y annonçait beau
Y annonçait du beau temps
Et du soleil tout l’temps (bis)

12. La tempête de neige

Aujourd’hui, y a une tempête mausus
Ça va être la fête, y aura pas d’autobus
Pour aller à l’école gnagnagnagnagna
On va sûrement faire un fort dehors
Avec des tunnels pis des remparts
J’téléphone à mon voisin le p’tit Julien
« Allo Julien c’est moi, viens-tu faire un fort dans ma cour
On va s’faire un bonhomme de neige, envoye, viens donc faire un p’tit tour
Ah tu peux pas, ton p’tit frère est là, c’est toi l’gardien de la maison
Promis à ta mère comme de raison, ahh… »

Aujourd’hui, y a une tempête mausus
Ça va être la fête, y aura pas d’autobus
Pour aller à l’école gnagnagnagnagna
C’est pas grave, j’vais jouer au hockey
J’profite d’ma journée d’congé
J’téléphone à mon copain qui habite pas très loin
« Allo copain, c’est moi ça t’tentes-tu d’aller patiner
Au village y ont toute déblayé
Enfin gagner not’coupe Stanley!
Ah tu peux pas, ta mère veut pas,
Faut qu’tu fasses le ménage
Tes devoirs et du rattrapage, ahh… »

Aujourd’hui, y a une tempête mausus
Ça va être la fête, y aura pas d’autobus
Pour aller à l’école gnagnagnagnagna
Bon ben d’abord j’irai glisser
On va faire des courses en p’tit boghei
J’ téléphone à mon cousin, qui habite su’l’coin
« Allo cousin, c’est moi ça t’tentes-tu de v’nir en crazy carpet
On va rire comme des fous, on va s’inventer des pirouettes
Ah tu peux pas, car tu t’en vas, t’as rendez-vous après-midi
Pour des plombages sur deux caries, ahh… »

Aujourd’hui, y a une tempête mausus
Ça va être la fête, y aura pas d’autobus
Pour aller à l’école gnagnagnagnagna
J’vais r’garder la télévision
Mais les jours de congé, y a jamais rien de bon
J’pense que j’ai hâte à d’main
Parce que j’fais rien
À sept heures et quart, j’sortirai dehors
Pour l’autobus de sept heures et demie
À sept heures et quart, j’sortirai dehors
Pour l’autobus rempli d’amis
À sept heures et quart, j’sortirai dehors
Pour l’autobus du désennui

Aujourd’hui, y a pas d’tempête mausus
Ça va être la fête, y va avoir l’autobus
Pour aller à l’école gnagnagnagnagna

13. Toute sorte de monde

Mon ami Cédric est bon en mathématiques
Sa sœur Annick en patin artistique
Mon voisin Nicolin est bon pour faire des dessins
Ma cousine Angéline, c’est la pro d’la piscine
Ça prend toutes sortes de monde
Pour faire un monde
Ça prend toutes sortes d’amis
Pour égayer la vie

Mon amie Rosanna est une chanteuse d’opéra
Son p’tit frère Médéric joue d’la guit électrique
Ma cousine Simone joue du trombone
Mon cousin Olivier parle juste d’hockey
Ça prend toutes sortes de monde
Pour faire un monde
Ça prend toutes sortes d’amis
Pour égayer la vie

Mon chum Matisse est un joueur de tennis
Sa demi-sœur Cloé aime se déguiser
L’amie de mon ami lit l’encyclopédie
Sans oublier Juliette, mon amie d’Internet
Ça prend toutes sortes de monde
Pour faire un monde
Ça prend toutes sortes d’amis
Pour égayer la vie

Mon ami Julien, c’est un Africain
Ma p’tite amie Rosalie vient d’Haïti
Mon copain William arrive du Vietnam
Ma copine Justine est née en Chine
Ça prend toutes sortes de monde
Pour faire un monde
Ça prend toutes sortes d’amis
Pour égayer la vie

Mon copain Gabriel s’pète les bretelles
Celui qui joue les gros bras, y s’appelle Thomas
Les Petits Bedondaines qui n’font rien la semaine
Et puis Henri Godon qui fait des chansons
Ça prend toutes sortes de monde
Pour faire un monde
Ça prend toutes sortes d’amis
Pour égayer la vie

14. Les bébelles

Des fois, on a toutte, c’est comme si on n’avait rien
Si on n’avait rien à faire
Des fois des p’tits bouttes, on aurait besoin de rien
Parmis mes millions d’affaires, j’ai…
Un (sic) vidéo*, un Nintendo, un p’tit vélo, des blocs Lego
Une piscine, une (sic) trampoline*, d’la plasticine même un « Ti-Mine »

Des fois, on a toutte, c’est comme si on n’avait rien
Si on n’avait rien à faire
Des fois des p’tits bouttes, on aurait besoin de rien
Parmis mes millions d’affaires, j’ai…
Des ballons, des avions, un système de son, des p’tits camions
L’Internet, un panier d’basket, une planche à roulettes avec plein d’casquettes

Des fois, on a toutte, c’est comme si on n’avait rien
Si on n’avait rien à faire
Des fois des p’tits bouttes, on aurait besoin de rien
Parmis mes millions d’affaires, j’ai…
Une batterie, un jeu de chimie, un grand lit, une douillette fleurie
Des souliers de soccer, un ordinateur, des crayons d’couleurs, un collier d’rappeur

Des fois, on a toutte, c’est comme si on n’avait rien
Si on n’avait rien à faire
Des fois des p’tits bouttes, on aurait besoin de rien
Parmis mes millions d’affaires, j’ai…
Un Ipod, du linge à mode, un (sic) garde-robe* remplie d’microbes
Des bandes dessinées, un casque d’hockey, des patins d’l’année, un écran d’42 pieds

Des fois, on a toutte, c’est comme si on n’avait rien
Si on n’avait rien à faire
Des fois des p’tits bouttes, faut penser à ceux qui ont rien
Arrêter d’acheter des cossins…Dans les grands magasins

* En langage de dictionnaire, vous savez tous qu’on dit UNE vidéo, UN trampoline et UNE garde-robe.

© 2020 Henri Godon